L'article d'aujourd'hui sera un article de grosse feignasse. J'avais pensé faire un bilan 2014, mais tout d'abord ça va être chiant à mourir (et tellement convenu) pis en plus on est pas tout à fait à la fin de l'année. Pourquoi un article de feignasse, me demanderez vous, tous désappointés après une semaine d'attente ? Tout d'abord, parce qu'on est dimanche. C'était un peu con de ma part de faire un article par semaine le dimanche, sachant que soit c;'est ma journée de flemme intense, soit c'est la journée où j'ai plein de trucs à faire et quand je me pose sur le canapé à 21h, j'ai juste envie de m'endormir comme une grosse bouse. Mais je vais continuer à un article par semaine, quitte à les écrire dans la semaine et à les programmer.

L'autre raison pour laquelle aujourd'hui sera un article de feignasse, c'est que je suis toujours dans la digestion laborieuse des deux repas de famille de ce week end. Oui, on est le 21 décembre et j'ai déjà les dents du fond qui baignent. C'est un peu dommage, je me suis pesée la semaine dernière et il me reste 1kg pour arriver à mon objectif 2014. Soit 5kg en 2015 et je retrouve mon poids de terminale, de quand j'étais jeune,que je pouvais entrevoir mon épine iliaque même debout et où j'étais bien dans mes baskets. (Ouvrons une parenthèse. Quand je dis "basket", ne croyez surtout pas que je portais des converses. Non, non, à 16 ans, j'étais vans, j'étais baggy, j'étais P!nk et Avril Lavigne, j'étais skyblog. J'étais tellement cliché, donc. Bon, par contre, je vous rassure, j'ai fait du skate une fois, j'avais 8 ans, j'ai encore la cicatrice sur le genou. Après ça, j'étais instinct de survie, j'ai jamais retenté)(Tout ça pour redire encore une fois que j'ai peut être pris 25 kg à l'école, mais j'en ai perdu 15. Plus que 5. Vous qui savez compter, vous vous êtes rendus compte que ça ne fera que 20.Les 5 restants, c'est ceux que j'avais perdu en prépa parce que j'étais beaucoup trop déprimée d'être une élite de la France qui finirait dans une école pourrie du centre de la France. Oui, c'est comme ça qu'on nous parlait, dans ma prépa.On nous disait qu'on était hyper intelligents, mais aussi les plus cons qu'ils aient jamais vu. Je suis assez étonnée qu'on soit pas tous devenus schizophrènes).

De quoi va t on parler, vous demandez vous. A force, vous n'êtes plus dupes, et vous savez que les premiers paragraphes ne sont que digressions. Peut-être même que ça vous saoûle. Moi, j'aime bien. On va parler d'un petit livre entré en ma possession ce jour, qui s'intitule "je bosse avec des cons et des manipulateurs mais je le vis bien!". J'ai beaucoup aimé le titre.J'ai également bien aimé le contenu de ce petit livre, tout à fait intéressant pour naviguer dans la jungle de la vie professionnelle. La vie est une jungle, et j'ai l'impression que j'ai à peine débloqué le niveau "chaton qui miaule". Bientôt, je débloquerai le niveau "puma affamé", et ça chiera des bulles. J'ai une situation professionnelle un p'tit chouille tendue en ce moment, ce petit ouvrage tombait à pic. Je vais donc vous en présenter un extrait,que j'ai trouvé bien sympa. Ca s'appelle les 27 commandements pour survivre chez les barjots. Je vous ai listé les 10 premiers, quand on parle de commandements j'ai toujours du mal à dépasser la dizaine .

1. Si vous n'arrivez pas à terminer votre travail dans les vingt quatre premières heures, travaillez la nuit.

2.Une tape dans le dos n'est jamais qu'à quelques centimètres d'un coup de pied au cul.

3. Ne soyez pas irremplaçable. Si on ne peut pas vous remplacer, vous n'aurez jamais de promotion.

4. Peu importe ce que vous avez réellement fait, seuls importent ce que vous dites avoir fait et ce que vous allez faire.

5. Après chaque augmentation de salaire, vous vous retrouverez avec moins d'argent à la fin du mois que vous n'en aviez auparavant.

6. Si vous avez décidé de ne pas vous faire chier, on vous emmerdera.

7. Vous pouvez vous trimballer n'importe où et avoir l'air sérieux si vous trimballez un porte document.

8. Mangez un crapaud vivant au réveil et il ne pourra rien vous arriver de pire de la journée.

9. Quand les patrons parlent d'augmenter la productivité, ils ne parlent jamais pour eux-même.

10. L'erreur est humaine, le pardon n'est pas dans le règlement.

A la semaine prochaine, et d'ici là, Joyeux Noël !